Racine carrée de 2 + racine carrée de 3 ~~~~= PI

Racine carrée de 2 plus racine carrée de 3 sensiblement égal à PI. "Trois ..." temps dans l'univers, le cosmos. Deux familles d'éléments de MENDELEÏEV ; "une" famille d' éléments temps; ...

1,41... + 1,73 ... = 3,14 ... ~= PI ....; 2^(1/2)... + 3^(1/2)... ~= PI ..................

Matière = temps=atome ..................;Sin^2(x) + Cos^2(y) = i^4 .......................;3^2+4^2=5^2 ...............; DEUX familles de matières ET plusieurs temps (onde ou particule) .............;1/(2^n) ...........;2^n ............;3*(2^n) ...........;2^(1/2) ...........;3^(1/2) .... .........et autres briques de base ....proton=101 ......

Bienvenue

“The methods of theoretical physics should be applicable to all those branches of thought in which the essential features are expressible with numbers.”

Paul Dirac ((from the speech at the Nobel Banquet in Stockholm, December 10, 1933)


"l'univers est nombre."
"l'univers est écrit en langage mathématique. " Galilée
Le nombre porte en lui sa dimension temporelle ET matérielle.

Vous trouverez dans ce blog TOUT sur les bases de notre compréhension du monde.

R.G.U. : Réalité Générale de l'Univers

Démarche pythagoricienne, euclidienne ,philosophique,religieuse catholique ,métaphysique,mathématique,arithmétique,
sur la matière et le temps,
( construction des éléments de Mendeleïev, des constituants de l'atome, approche quantique de la physique )

et

le temps .






Et Dieu créa le nombre, l'homme le chiffre.

Constante arithmétique (Cf constante cosmologique) :
CKPLAN=5,55382562855700000E-17

Fonction arithmétique , de l' environnement spatio-temporel
(onde)

13 chiffres significatifs, somme 66 .




alain.planchon@laposte.net


Autre blog :
http://albumdetimbres.blogspot.com/

Ce blog est une succession de remarques , notes, observations, remises en cause, permettant de prendre en compte cette approche déterminante pour notre avenir .
Signification spatiale et temporelle du chiffre, nombre ....

Me signaler par E-Mail , ou au tel , les inepties, ou erreurs ou imprécisions,banalités, ouverture de portes ouvertes, en faisant référence au message ECRIT ou vous n’êtes pas d'accord ou dans le doute,ou dans la compréhension , et non pas à des considérations philosophiques ou littéraires, générales .



CARPE DIEM.



Rendons grâce à Dieu.











Suivez mes mises à jour en donnant votre e-mail

mardi 1 octobre 2013

333667

Un développement décimal surprenant:

9.980010019960020029940030039920040049900050059880060069860070079840080089820090099800100109780110119760120129740130139720140149700150159680160169660170179640180189620190199600200209580210219560220229540230239520240249500250259480260269460270279440280289420290299400300309380310319360320329340330339320340349300350359280360369260370379240380389220390399200400409180410419160420429140430439120440449100450459080... × 10^-13
=
1/(333667×3)^2
L'univers est nombre .......

jeudi 19 septembre 2013

PI

source :



Quelques coïncidences : doit-on s'en étonner ?
Voici quelques étrangetés trouvées dans les décimales de Pi ; on se gardera bien de les prendre au sérieux.
1+4+1+5+9+2+6+5+3+5+8+9+7+9+3+2+3+8+4+6 = 100
  • Le «0» n'apparaît la première fois qu'en position 32 après la virgule, alors que tous les autres chiffres sont déjà représentés au moins une fois dans les 13 premières décimales. Pourquoi ce retard du «0» ?
  • Les décimales de pi à partir de la 762e sont 999999. Qu'il y ait six «9» consécutifs quelque part dans le premier million de décimales de pi ne serait pas étonnant, mais que cela se produise avant la millième décimale, n'est-ce pas troublant?
  • En additionnant les 144 premières décimales de pi, on trouve 666. Faut-il en conclure que pi est satanique?
  • Parmi les 1 000 premiers entiers obtenus en prenant les décimales de Pi dans l'ordre 3, 31, 314, 3 141, 31 415, ..., seuls quatre sont des nombres premiers. N'est-ce pas vraiment très peu?
  • Parmi les 400 premières décimales de Pi, il n'y a que 24 «7», ce qui est peu par rapport aux 40 «7» attendus.
  • Le groupe de trois décimales qui se termine à la position 315 est 315, et celui qui se termine à la position 360 est 360.
  • Si, dans l'alphabet écrit en cercle, on colorie les lettres ayant un axe de symétrie vertical
    (... HIJKLMNOPQRSTUVWXYZABCDEFGH...), les lettres non coloriées forment des groupes de 3, 1,4, 1 et 6 lettres.
  • (pi4 + pi5)1/6 = 2,718281809, soit la constante népérienne e jusqu'à la septième décimale !
  • Si l'on prend le carré magique 5 x 5 reproduit ci-dessous (un carré magique est un tableau dont les sommes des lignes et des colonnes sont égales à un même nombre, ici 65) et qu'on remplace chaque nombre n par la décimale de Pi de rang n («1» est remplacé par «3», «2» est remplacé par «1», «3» est remplacé par «4», etc.), on obtient un tableau dont les sommes des lignes sont les mêmes que les sommes des colonnes, à l'ordre près :
Somme ligne :Carré magique original
6517241815
6523571416
6546132022
65101219213
6511182529
Somme colonne :6565656565

Somme ligne :Chaque nombre a été remplacé par la décimale de même rang que le nombre
2424369
2365273
2519942
2938864
1753315
Somme colonne :1729252423
Étrange, non ??

dimanche 8 septembre 2013

Fractions dyadiques

Les éléments de la famille 1 et 3 appartiennent aux fractions dyadiques.

Ainsi que 5 et 7 et 9 ... pour le a ci-dessous.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fraction_dyadique



http://fr.wikipedia.org/wiki/Limite_inductive


Foncteur , après le premier zéro de racine carrée de 2 par exemple et les chiffres précédents non à zéro.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Foncteur

1/(2^52) ...


samedi 7 septembre 2013

abréviations puissances de 10

http://www.astrosurf.com/quasar95/exposes/unites-et-grandeurs.pdf

Congruences, somme des chiffres d'un nombre base 10

Tout nombre entier est congru à la somme des ses chiffres modulo $ 9$". 



 soit $ N = \sum_{i=0}^p10^ia_i$ où $ a_i$ désigne le $ i$e chiffre de sa représentation en base $ 10$ et on suppose bien sûr $ a_p \neq 0$. Alors :
$\displaystyle N - \sum_{i=0}^pa_i = \sum_{i=1}^p(10^i-1)a_i$
et le dernier nombre est visiblement divisible par $ 9$.

base 10



Racine numérique d'un nombre :

additionner les chiffres du nombres et recommencer jusqu'à obtenir un chiffre. 
exemple : 

1984 ->1+9+8+4 = 22 -> 2+2 = 4 

Carré d'ordre 3 composé de premiers : 
353 1307 389 
719 683 647 
977 59 1013 

donne (racine numérique) ex : 353=3+5+3=11=1+1=2;1307=1+3+0+7=11=1+1=2;683=6+8+3=17=1+7=8
2 2 2 
8 8 8 
5 5 5 

la racine numérique revient à regarder ce qui se passe dans $ \mathbb{Z}/9\mathbb{Z}$

carré dont la somme est 666 :

66 108 78 174 216 24 
96 84 72 204 30 180 
90 60 102 198 168 48 
120 162 132 12 54 186 
150 138 126 42 192 18 
144 114 156 36 6 210 


3 9 6 3 9 6 
6 3 9 6 3 9 
9 6 3 9 6 3 
3 9 6 3 9 6 
6 3 9 6 3 9 
9 6 3 9 6 3



dimanche 1 septembre 2013

666

666

Ecriture quantique :


110110110

interprétation base 2 : 438= 666 en base 8 = 2*3*73 en base 10


interprétation base 10, décomposition en facteurs premiers :

2×3×5×11×333667

2*3*5*11 = 330

Ce ne sont pas des coïncidences numériques, mathématiques mais des propriétés arithmétiques intrinsèques à notre représentation du temps et de la matière !!
Pas de gematria ou d'arithmologie, ni de numérologie,  dans ce blog non plus !!!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gematria

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arithmologie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Num%C3%A9rologie



http://fr.wikipedia.org/wiki/Co%C3%AFncidence_math%C3%A9matique

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_W_de_Lambert

666 en écriture quantique réduite :

101010 =42 base 10= 52 base 8

2×3×5×7×13×37

2x3x5x7x13 =390

















mardi 27 août 2013

107/31

La division de 107 par 31 donne

107/31=

3.4516129032258064516129032258064516


129032258064516129...

puis 

1/32258= 
0.0000310000620001240002480004960009920019840039680079...

les huit premiers chiffres (3.4516129) sont les huit premiers chiffres de PI , dans un autre ordre .....
écriture quantique :
107=10111=23
21=111=7

lundi 27 mai 2013

Metaphysique

Il me semblait assez clair que nous exprimons notre perception de l'existence par 1
de l'inexistence par 0
Dès lors le passage de l'existence à l'inexistence est 10.
Je fais du temps une condition d'évolution.
Le passage de l'inexistence à l'existence est dès lors 01.
Le néant, l'ensemble vide,  précède le 10 ou/et le 01.

Mon observation est dès lors :

Rien,0,1
Rien ,1,0

L'existence se manifestant par ....le soleil, la voie lactée, le cosmos, la terre et son temps propre de rotation ...

lorsque j'écris 10 je pense à dix, base 10, ou à deux base 2, ou à n base n .... tout dépend du nombre de symboles que je m'accorde ....

A partir de 0 ET 1
nous avons
00
01
10
11

....... cela commence à représenter une réalité .....

Dans l'espace cartésien il me faut trois chiffres, nombres, pour situer une existence qui existe en elle même.
Le nombre , chiffre précède TOUT.Et existe en tant que tel.
PI est une grandeur physique. ( sphéricité des astres)




mercredi 8 mai 2013

Plan de Fano

Une représentation du plan de Fano, comme plan projectif sur F2.
Le coloriage correspond à la dualité dans la 
base canonique de l'espace vectoriel sous-jaccent (repère projectif (A,B,C,D)).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_de_Fano

http://www.mathopenref.com/equilateral.html

Pappus

Hexamys

vendredi 15 mars 2013

Pi grandeur Physique

Pi est une grandeur physique.

La sphéricité des astres, telle que notre Dieu  Créateur l'a voulue ......

Le chiffre , nombre préexiste à toutes choses. C.F. genèse dans la Bible.

0
1
00
11
01
10
............

Voir aussi KK Kazula et Ricci.

Aujourd'hui c'est le PI day   14 mars.

http://www.pi314.net/fr/piday.php

Il convennait de regarder ce 0 en 32 ème décimale .....

Pour chasser l'infini de la représentation physique ... et ne conserver qu'un infini mathématique.

BBP

éviter les problèmes de retenues qui peuvent éventuellement apparaître.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Formule_BBP

mardi 12 mars 2013

Platonisme mathématique


Le platonisme mathématique ou « réalisme en mathématiques » est une théorie épistémologique selon laquelle les entités mathématiques (nombres, figures géométriques, etc.) ont une existence indépendante. Ce ne sont pas de vulgaires abstractions tirées du monde sensible (connu par les sens), ni de pures conventions, ni de simples instruments, mais des êtres jouissant d'une vie propre, comme les Idées de Platon ou même comme les êtres physiques.
Platon dans son enseignement oral (vers 350 av. J.-C. ?) :
« Outre les choses sensibles et les Idées, Platon admet qu'il existe les Choses mathématiques [Nombres, Lignes, Surfaces, Solides], qui sont des réalités intermédiaires (metaxu), différentes, d'une part, des Choses sensibles, en ce qu'elles sont éternelles et immobiles, et, d'autre part, des Idées, en ce qu'elles sont une pluralité d'exemplaires semblables, tandis que l'Idée est en elle-même une réalité une, individuelle et singulière. »
— AristoteMétaphysique, A, 6 ; B 1 ; K, 1 ; M, 1)
« Je vous ferais bondir, si j'osais vous avouer que je n'admets aucune solution de continuité, aucune coupure entre les mathématiques et la physique, et que les nombres entiers me semblent exister en dehors de nous et en s'imposant avec la même nécessité, la même fatalité que le sodium, le potassium, etc. »
— Correspondance avec Stieltjes, janv. 1889, Paris, éd. Gauthier-Villars, 1905, t. I, p. 332
« La réalité inhérente aux théories mathématiques leur vient de ce qu'elles participent à une réalité idéale qui est dominatrice par rapport à la mathématique, mais qui n'est connaissable qu'à travers elle. »
— Communication au IXe Congrès international de philosophie, Paris, 1937, VI, p. 143. Actualités, n° 535, 1937


mercredi 6 février 2013

Chiffre , nombre et temps

Pour traduire une existence par des chiffres et des nombres nous avons besoin du temps.

A partir du moment ou nous attribuons à 0 ( Zéro) , quelle que soit la base de numération ce zéro à le même sens, la notion d'inexistence.
A partir du moment ou nous attribuons à 1 (Un), quelle que soit la base de numération ce un à le même sens, la notion d'existence.

0 deux 10
1 trois 11


La transformation, l'évolution, peut être du genre :

00  quatre 100
01 cinq 101
10 six 110
11 sept 111

En base de numération 2 ( avec 0 et 1) tous les nombres commencent par 1

Et pour aller jusqu'à la base de numération 10 :
000 huit 1000
001 neuf 1001

Le nombre contient en lui sa dimension temporelle.
L'univers est nombre.


121

L'égalité « 121 = 11^2 » est vraie dans toutes les bases naturelles strictement supérieures à 2.




121 = 11^2




2 existe comme durée séparant l'existence 1

Évoluer ou mourir

"Une nouvelle révolution scientifique semble être l'unique voie de salut à court terme. 


D'une part,
 en favorisant une nouvelle vision de l'univers et de la place de l'homme dans celui-ci on peut espérer qu'elle provoquerait une conversion spirituelle et morale du plus grand nombre produisant une transformation des comportements en profondeur dans un sens plus altruiste.

 D'autre part, 

et cela irait de pair,
 les retombées technologiques probablement inouïes du nouveau paradigme mettraient le développement à portée de tous et résoudraient définitivement le problème matériel.

 Le progrès politique et social suivrait alors naturellement.


 Enfin, 

une compréhension plus profonde des lois de l'univers nous permettrait d'anticiper et de trouver la parade à toutes sortes de menaces naturelles.
"
extrait de :

http://www.darksideofgravity.com/debats.htm

Tel est le sens de ce blog.

lundi 7 janvier 2013

Lu dans "Pour la science"

À la fin du XIXsiècle, le mathématicien allemand Leopold Kronecker déclarait : 
« Dieu a créé les nombres entiers, tout le reste est l'œuvre de l'homme. » 
Il pensait que les nombres entiers jouent un rôle fondamental en mathématiques. 
Pour les physiciens d'aujourd'hui, cette citation a un autre retentissement.
 Elle fait écho à une vision qui s'est imposée ces dernières décennies, à savoir que la nature serait essentiellement discrète et non continue, que les éléments de base de la matière et de l'espace-temps peuvent être comptés un par un. 
Cette idée remonte aux atomistes de la Grèce ancienne, et elle nous parle davantage encore à l'ère numérique. 
De nombreux physiciens en sont arrivés à se représenter le monde naturel comme un immense ordinateur décrit par des bits d'information, et les lois de la physique comme un algorithme, semblable à la pluie de chiffres verts que Neo voit à la fin du film Matrix (1999).

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/s/sommaire_pls.php?art_id=30821&num=423

Bases de numération

From: To:
Result:
UnitConversion.org - the ultimate unit conversion resource.